Publié dans A2, B1, Compréhension écrite, Compréhension orale, Expression écrite, Expression orale

La nuit, j’écris

Une compréhension écrite à partir de L’école qui n’existait pas, un texte jeunesse de Gudule. A faire seule ou comme point de départ à une expression écrite/orale au sein du projet « Les idées de la nuit » sur RFI et Arte.

Je travaille en ce moment sur le projet « Les idées de la nuit » avec un petit groupe d’étudiants A2 vers B1. L’objectif final est produire un enregistrement vocal de 2 minutes maximum, sur un choix de plusieurs sujets. Pour mon groupe, j’ai choisi « Raconter un souvenir ou une histoire en rapport avec la nuit ». Mais encore faut-il avoir des choses à raconter !

Toutes les questions sur cette fiche de remue-méninges ont été faites en groupe-classe, et pas individuellement, mais vous pourriez faire faire le travail par les élèves seuls en classe informatique. Dans mon cas, avec une classe un peu fatiguée à la fin de la journée, le format oral a bien fonctionné et on a bien ri de certaines suggestions (« j’entends mon voisin saoul qui chante des chansons… les enfants des voisins qui crient… »). L’objectif des questions est de relever quelques sensations, émotions et activités liées à la nuit.

L’activité de compréhension écrite est à faire à la maison : on y reprend les mêmes éléments que dans le remue-méninges en partant à la chasse aux éléments dans le texte. Le deuxième exercice est un réécriture aux temps du passé du texte. J’ai choisi cet extrait car il se déroule la nuit, mais n’importe quel texte narratif au présent ferait l’affaire. Pour introduire le texte en classe, présentez à vos étudiants quelques unes des premières de couvertures du livre. On trouvera d’autres images dans cet épisode de « 1 livre 1 jour » sur le livre.

Après correction du devoir au début du cours suivant, on peut passer à l’écriture. Comme l’alternance passé composé/imparfait commence juste à être abordée, le travail se fait en deux étapes : d’abord, je fais écrire aux étudiants cinq à six phrases au passé composé, pour donner les grandes actions du souvenir. Ils font ensuite lire leur texte à leur voisin, qui doit poser des questions pour avoir plus de détails, de descriptions, d’informations de second plan… et on complète le texte en répondant à ces questions, normalement en utilisant l’imparfait.

Vous pouvez vous arrêter à l’expression écrite, ou procéder à un enregistrement : vous trouverez toutes les infos nécessaires sur la fiche technique des « Idées de la nuit », que vous décidiez de participer au projet ou pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s