Publié dans A1, A2, B1, Expression orale

Autour du Horla…

C’est bientôt Halloween ! Une adaptation en court-métrage du Horla de Guy de Maupassant vous permettra de parler du genre fantastique, et de regarder en classe un film qui fait peur (mais pas trop quand même !)

Voici le court-métrage en question, réalisé par David Monereau en 2013 :

Même si l’animation est très simple, je trouve qu’il crée une atmosphère bien inquiétante – mais pas au point d’empêcher vos étudiants de dormir ! Et comme il est muet, on peut utiliser l’activité dès le niveau A1 acquis – si vous guidez la classe en conséquence. Pour les niveaux plus avancés, il est possible de remplir la fiche de compréhension en autonomie, en salle informatique.

Voici les étapes d’une séance guidée par vous, en grand groupe :

  1. L’introduction du thème : vous trouverez quelques questions au début de la fiche pour parler de quoi on a peur, et des films qui nous font peur. Notez les structures « avoir peur de + GN/verbe » et GN/verbe + faire peur ». C’est aussi l’occasion de sortir le jeu du trouillomètre des Zexperts.
  2. La découverte du livre d’origine : montrer au tableau toutes les couvertures du Horla de Guy de Maupassant. De quoi s’agit-il ? Qui est, ou qu’est-ce que le « horla » ? Vous pouvez en profiter pour donner quelques informations biographiques sur Maupassant.
  3. La première partie du court-métrage : à l’oral, répondez ensemble aux questions où ? quand ? quoi ? qui ?… Après avoir complété les exercices, faites remarquer que même si on se doute qu’il se passe quelque chose de bizarre, tout a pour le moment une explication rationnelle…
  4. La deuxième partie du court-métrage : rien ne va plus ! Après avoir complété les exercices, comparez avec ces deux représentations d’une scène similaire du livre : dans les gravures d’origine et dans l’adaptation en bande dessinée par Guillaume Sorel (d’où vient aussi l’image en bannière). Une définition habituelle du genre fantastique est qu’il représente l’irruption de l’irrationnel dans le monde réel… est-ce que c’est pire la nuit, dans un environnement inquiétant comme dans le film, ou de jour, en extérieur comme dans la scène de la rose ?
  5. La fin du film : après avoir complété les exercices, notez qu’on n’a jamais vu le « horla »… Comparez avec deux représentations de cet être, là encore dans les gravures d’origine et dans l’adaptation de Guillaume Sorel. Est-ce que c’est pire si on voit la créature, ou si on ne la voit pas ?
  6. Le film complet : laissez maintenant les étudiants commenter ensemble la bande sonore, et donner leur avis sur le film…

Il est possible de prolonger la séance en faisant la compréhension écrite d’un extrait du livre – à trouver sur ce site. Il sera bon de renoter où se place cet extrait dans l’ensemble de l’histoire (après l’épisode de la bouteille dans le film). Et si vous voulez continuer à vous effrayer en cours de FLE, voici quelques options supplémentaires sur le blog :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s